OK
AJAX error!

Les forumsGrammalectePronoms épicènes néologiques (écriture “inclusive”)

Pronoms épicènes néologiques (écriture “inclusive”)

Attendu la montée en puissance de l’utilisation (quoique toujours très minoritaire) de nouveaux pronoms épicènes, j’envisage l’inclusion de ceux-ci dans le dictionnaire et Grammalecte.

Problème : les formes néologiques sont nombreuses, pas toujours cohérentes, parfois susceptibles de prêter à confusion.

Voici la liste des variantes graphiques des pronoms que j’ai trouvées. Peut-être en manque-t-il, merci de signaler celles qui m’ont échappé.

Pronoms sujets (il/ils/elle/elles) :
— iel / iels (les plus fréquents sur le Net, de très loin)
— yel / yels
— eil / eils (lus dans Le Fleuve des Dieux, de Ian McDonald)
— ille / illes
— el / els
— elil / elils
— ol / ols
— ul / uls

Pronoms objets (lui/elle/eux/elles) :
— luel / luels / euxelles
— luiel / luiels / euxelles
— ellui / elleux
— lel / lels

Pronoms démonstratifs (celui/celle) :
— cellui / celleux / celleceux
— celuel / ceuxelles / ceulles / ceuses
— celuiel / ceuxelles / ceulles / ceuses
— celuelle / ceuxelles / ceulles / ceuses
— celuielle / ceuxelles / ceulles / ceuses
— celel / celels

Pour l’intégration dans le dictionnaire et Grammalecte, je pose plusieurs conditions :
Prononçabilité : Tout ce qui est imprononçable sera refusé ; ce n’est le cas d’aucune des propositions citées, mais si vous avez des propositions avec points médians, ne perdez pas votre temps à les proposer.
Distinction : Pas de confusion. La langue française est déjà bien assez complexe, je ne veux pas ajouter de termes susceptibles d’introduire plus de confusions possibles. Certains des termes ci-dessus ne sont pas acceptables à cause de leur proximité avec d’autres termes bien plus courants.
Cohérence : Ce n’est pas une exigence stricte, mais une préférence. J’aimerais qu’on évite de mélanger des termes trop différents graphiquement parlant, mais la sonorité importe aussi.


Examen des possibilités

Pronoms sujets
Sur ce point, la tendance est très claire : “iel” et “iels” sont de loin les pronoms les plus utilisés. Ils ne présentent aucun problème particulier : prononçables et distincts de tout autre mot français, pas de confusion possible.
Tous les autres sont plutôt anecdotiques. Par ailleurs, “ille(s)” et “el(s)” sont disqualifiés pour leur proximité avec “île(s)” et “elle(s)”.

Pronoms objets et pronoms démonstratifs
Les variantes sont nombreuses. Contrairement à “iel(s)”, aucune ne semble avoir rencontré un grand succès, même si certaines sont plus utilisées que d’autres.

Le problème, c’est que parmi les plus employés on trouve “ellui” et “cellui”, que, pour ma part, je refuse d’intégrer en l’état des choses. Ils sont trop susceptibles d’être confondu avec autre chose (“ellui” se prononce comme “et lui”, et surtout “cellui” est bien trop proche de “celui” ce qui crée une nouvelle possibilité d’erreur grammaticale/orthographique).
Les variantes avec “luel” et “luiel” sont cependant plus rares.

Les variantes “lel”, “celel”, etc. sont une invention de ma part, attendu que je les trouvais plus aisément prononçables que “luel” ou “luiel”. Mais j’ai conscience que je ne peux les imposer à personne.

L’autre possibilité, c’est d’utiliser “iel(s)” aussi comme pronoms objets (comme c’est le cas pour “nous”, “vous” et “elle(s)”). C’est ce qui est fait dans le roman “Le Fleuve des Dieux” d’Ian McDonald avec le pronom “eil”. Ça donnerait par exemple :
— Iel agit (sujet).
— Avec iel, on ne s’ennuie jamais (objet).
— Iels-mêmes n’avaient idée de ce qu’il fallait faire (sujet).
— C’est contre iels-mêmes qu’iels doivent lutter (objet, puis sujet).
Avec cette solution, on évite d’ajouter de nouveaux mots (mais on simplifie pas la vie du correcteur grammatical…)

Quel est votre avis ?

--

J’ai conscience du potentiel trollogène de ce sujet. Que vous soyez pour, contre ou partagé, merci de garder un ton cordial et d’éviter de faire trop de hors-sujet. Sachez que je n’appartiens à aucun groupe, aucun lobby, aucun parti et que je n’ai pas d’agenda politique. Ceci n’est qu’une discussion pour améliorer le correcteur grammatical. À mes yeux, ce problème n’est pas plus important que des tas d’autres que je rencontre. Je ne suis pas pressé, et je n’accepterai pas qu’on fasse pression sur moi (que vous soyez pour ou contre). Je suis plutôt favorable à la reconnaissance de “iel(s)” mais opposé à celle des pronoms objets “ellui” et “cellui”, pour cause de confusion possible, il faudrait donc trouver une autre solution pour ces derniers.

Remarque 1 : Il ne s’agit pas d’imposer cette écriture à tout le monde. Aucune règle ne le fera. Il s’agit seulement de reconnaître ces graphies pour mieux corriger les textes. Si quelqu’un écrit, “Iels pouvait y arriver”, aucune correction n’est possible pour l’instant attendu que “iels” est inconnu.

Remarque 2 : Cette discussion n’a pas pour objet de savoir si l’écriture dite “inclusive” est bonne ou mauvaise, mais de trouver quels sont les meilleurs pronoms épicènes pour la langue française. Si vous voulez commenter sur la pertinence de l’écriture inclusive, faites-le dans le fil suivant : www.dicollecte.org… Essayez, s’il vous plaît, de poster au bon endroit afin d’éviter la confusion des deux discussions.

Remarque 3 : L’intégration de ces mots n’est pas pour tout de suite. Je ne garantis même pas qu’elle aura lieu (je l’envisage seulement). Je veux prendre le temps de la réflexion et, si possible, qu’il y ait consensus autour d’une solution. Il est probable que certains de ces pronoms finissent par arriver un jour ou l’autre officiellement dans la langue française. Et je préférerais que ça soit une solution cohérente qui n’ajoute pas une fois de plus une pile de nouvelles erreurs grammaticales possibles parce que l’usage sera susceptible de confusion avec autre chose.
le 23 juillet 2018 à 13:52
** Note de l’administrateur. Message déplacé : www.dicollecte.org… **
le 02 août 2018 à 10:25
** Note de l’administrateur. Message déplacé : www.dicollecte.org… **
le 14 août 2018 à 12:21

Notification par e-mail    0